La Terre Inhabitable

« The Uninhabitable Earth » ou « La Terre inhabitable » en français est un article écrit par le journaliste américain David Wallace-Wells et publié début juillet dans le New York Magazine. Dans cet article l’auteur énumère les 8 principales menaces qui pèsent sur l’Humanité face aux dérèglements climatiques, à savoir :

  • La montée des océans et la 6e extinction
  • La chaleur
  • Les famines
  • Les épidémies
  • La pollution de l’air
  • La guerre
  • L’effondrement économique
  • l’acidification des océans

Vous trouverez aussi un résumé en français sur le site de la revue Usbek & Rica.

 

Réponse et analyse

Nous ne reviendrons pas sur les principes et les conclusions énoncés dans l’article qui sont assez proches des nôtres.

Pour autant, le climatologue Michael E. Mann se fend d’une réponse dans le Washington Post où il indique penser que Wallace-Wells dresse un bilan trop sombre et un peu exagéré de la situation et préfère mettre l’accent sur l’action des pouvoirs publics et des citoyen-ne-s pour trouver des solutions face aux périls qui nous guettent.

A la lecture de cette réponse et en revenant sur l’article du NY Mag je me suis alors aperçu que nous avons tendance à prendre ces menaces indépendamment les unes des autres. Or, celles-ci sont clairement interdépendantes et c’est bel et bien le fait qu’elles se conjugueront dans un avenir plus ou moins proche, et créeront ainsi des boucles de rétroaction positive, qui nous dirige droit vers une fin possible de l’Humanité !

 

3 ans pour agir


De plus, un autre article publié fin juin dans la revue Nature : « Three years to safeguard our climate » nous explique qu’il reste 3 ans à l’Humanité pour infléchir le réchauffement climatique global en agissant sur les 6 principaux points suivants :

  • Les énergies
  • Les infrastructures
  • Les transports
  • Les terres agricoles
  • L’industrie
  • La finance

 
Tout est donc encore possible mais il va falloir allez vite, très vite ! ! !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.