La genèse de Kima

Fin 2018, peu avant Noël, je visionne un documentaire sur la conquête de Mars. Durant près d’une heure, des scientifiques se succèdent pour dénombrer les difficultés, pour ne pas dire impossibilités, d’espérer voir un humain poser un jour le pied sur Mars : structure des matériaux, propulsions, physiologie et psychologie des astronautes, ressources en vivres, oxygène, eau, etc, etc… En conclusion rien n’indique que nous pourrions envisager le voyage avant 2050, voire 2100, et ce en fonction des progrès espérés !

Et là c’est le drame ! Arrivent alors sur l’écran les grands mythos des nouvelles technologies US. La palme revenant à Elon Musk qui annonce que d’ici 2040, Space X parviendra à envoyer régulièrement des missions martiennes afin d’implanter une colonie pérenne. Soit en totale contradiction avec ce qui aura été formulé juste avant. On ne peut nier la vision futuriste de Musk et les réussites de Space X et, sans doute, parviendrons-nous à retourner sur la Lune d’ici quelques années… mais Mars c’est une autre paire de manches. Nous avons donc eu droit à une belle, très belle, opération de marketing avec pour objectif de trouver les financements nécessaires au développement de son entreprise.

Et puis, durant les dernières minutes, à nouveau des scientifiques, avec la tête un peu plus sur les épaules, vont prendre la parole pour des options alternatives. Dont l’un précisant qu’éventuellement nous pourrions envisager l’envoi de missions autonomes (ou semi-autonomes) dans le but de terraformer Mars, sans avoir besoin d’y expédier d’humain, et donc en baissant drastiquement les coûts et l’ensemble des risques.

C’est là qu’un scénario se met en place dans ma petite tête : l’effondrement arrive, on envoie en dernier recours des missions de terraformation sur Mars. Les missions réussissent malgré l’arrêt des transmissions avec la Terre (et oui, l’effondrement a aussi réussi !). Des insectes pollinisateurs expédiés avec les missions pour féconder les plantes finissent par coloniser la planète… puis parviennent à une forme intelligente !

La suite ?
C’est ici en podcast ;-)