6 extinction

 
Depuis 3,8 milliards d’années que la Terre existe elle a connu de nombreuses péripéties.
La proto-planète Théia qui va la percuter juste après sa formation et engendrer la Lune, un bombardement cométaire qui verra naître l’océan primaire qui eux-même verront la vie se développer… Les catastrophes et périodes de transformations, évolutions se succéderont ainsi jusqu’à nos jours.

 

Les extinctions massives

Parmi ces diverses périodes, 5 retiennent particulièrement l’attention à savoir les 5 extinctions de masse qui ont ponctué l’évolution de la vie sur Terre.
Par extinction de masse nous entendons toute chute de la biodiversité à minima de 15 % des espèces marines et terrestres. Ces 5 périodes d’affaiblissements de la biodiversité se sont déroulées :

  • à la fin de l’Ordovicien il y a 445 millions d’années (à l’époque la vie n’était d’ailleurs que marine),
  • à la fin du Dévonien il y a 360 millions d’années,
  • à la fin du Permien il y a 250 millions d’années, la plus importantes de toutes avec une perte de la biodiversité de près de 95 %,
  • à la fin de Trias il y a 200 millions d’années,
  • à la fin du Crétacé il y a 65 millions d’années pour la plus connue puisque marquant la fin des dinosaures… pas tous puisque certains survivront, les dinosaures aviens, qui donneront nos oiseaux actuels.

Extinctions de masse

Du point de vue des causes, comme nous l’avons déjà indiqué et comme nous le détaillerons dans des articles à venir, celles-ci sont diverses : régression marine, chute de météorites, volcanisme intensif qui entraîneront des phases de réchauffement climatique et/ou de glaciation. Le seul point commun entre ces 5 extinctions de masse est qu’à chaque fois 2, 3 ou plus de ces causes vont se suivre dans des temps suffisamment proches pour causer un effondrement de la biodiversité au niveau mondial.

Meteor Crater

Parfois et assez régulièrement, toutes les 28 millions d’années en moyenne, un seul de ces phénomènes va entraîner une phase d’affaiblissement de la biodiversité mais soit localisée, soit ne touchant que certains groupes évolutifs et se révélera donc non significatif pour décrire une extinction massive.

 

Effet principal sur la biodiversité

Ainsi, si nous ne sommes pas en mesure de trouver des causes communes ou tout du moins un scénario analogue entre ces 5 crises majeures à part la concomitance de leur survenance, au niveau de leurs effets, deux sont communs à toutes ces crises.

Le premier est que lors de chacune de ces périodes d’extinction les individus de grande taille, indépendamment de leur régime alimentaire, vont disparaître.
Par exemple, jusqu’au Permien la famille des Nautilidae règne alors en maître dans les océans. Orthoceras en est ainsi le représentant qui réganit en maître dans les àcéans avec une longueur de plus de 10m et une bouche de 1m d’ouverture environ. A l’époque s’était l’équivalent des grands requins blancs et des orques actuels. Après l’extinction l’ensemble des espèces de cette famille disparaîtra et seuls nous parviendront les nautiles.

Orthoceras

Orthoceras dans les mers du Permien

Nautile

Nautile, de nos jours

Second exemple que nous avons déjà évoqué en partie, lors de l’extinction dite K/T (celle des dinosaures), seuls survivront des espèces de mois de 25 kilos environs dont de petits dinosaures dits aviens qui donneront donc les oiseaux et aussi de petits mammifères guère plus gros que nos rats qui évolueront jusqu’à donner les 5000 mammifères actuels et aussi divers que l’éléphant, le dauphin, le lion, les chauves-souris…

Hoatzin huppé,

Hoatzin huppé, c’est un oiseau actuel… et un dinosaure !

Ce second exemple illustre d’ailleurs bien le second effet qui suit chaque extinction, à savoir…

 

Les radiations évolutives

Ainsi, après chaque phase d’extinction un certain nombre de biotopes vont être laissés plus ou moins vides par les espèces qui auront alors disparues.
Une fois une certaine stabilité environnementale retrouvée la vie peut alors reprendre son cours évolutif et les espèces survivantes vont alors migrer vers ses nouvelles niches écologiques et ce, bien souvent, en devant faire évoluer leur forme, leurs organes internes, leurs sens… tel que les mécanismes ont été décrit par Darwin et ses successeurs.

 

La 6e extinction

Comme nous le démontrerons à travers une série d’articles relatifs aux extinctions, nous sommes actuellement entrés dans une nouvelle phase d’extinction massive dont les causes sont seulement dues aux activités humaines. Heureusement d’ailleurs que nous ne connaissons ni volcanisme intensif ou que nous ne sommes pas menacés dans l’immédiat par une météorite géante ! ! !

Quoi qu’il en soit l’Humanité est aussi menacée par cette extinction de masse et vous allez comprendre pourquoi…